Développement d’un score de stabilité chez les personnes présentant des pathologies d’origine neurologique entraînant des troubles de la marche et/ou de l’équilibre

Soutenance de Thèse de Monsieur Arnaud GOUELLE. LIEU :<BR> UFR STAPS de l’Université Paris Sud 11 Orsay Bâtiment 335 – Salle 127<BR><BR> HORAIRE :<BR> Mardi 13 décembre 2011 – 14h00

Devant le Jury composé de :

Fabrice MEGROT

PhD, responsable de l’UCAMM, CMPRE Bois-Larris, Lamorlaye (Co-directeur)



Jacques PELISSIER

Professeur des Universités, PH, Hôpital Carémeau, Nîmes (Rapporteur)



Georges-François PENNECOT

Professeur des Universités, PH, Hôpital Robert Debré, Paris (Directeur)



Olivier REMY-NERIS

Professeur des Universités, PH, Hôpital Morvan, Brest (Rapporteur)



Philippe THOUMIE

Professeur des Universités, PH, Hôpital Rothschild, Paris (Examinateur)



Alain YELNIK
Professeur des Universités, PH, Hôpital Fernand Widal, Paris (Co-directeur)





Résumé :
Rapporteur Directeur Rapporteur Examinateur Co-directeur
De nombreux troubles ont un retentissement sur le contrôle de l’équilibre dynamique au cours de la marche. Qu’ils soient d’origine traumatique, neurologique, ou liés à la sénescence, ils limitent plus ou moins la stabilité, c’est-à-dire la capacité des sujets à récupérer de perturbations internes ou externes, et peuvent conduire à la chute. Chez les enfants, la stabilité est de plus liée aux étapes développementales. Son interprétation nécessite donc de différencier ce qui relève de l’instabilité développementale et de l’instabilité pathologique. Les techniques instrumentées d’analyse du mouvement permettent un enregistrement fiable et précis des paramètres de la marche. Des index ont été développés pour faciliter l’évaluation clinique de la marche des patients mais aucun d’entre eux ne quantifie l’aspect stabilité.
Ce travail de thèse a conduit à la production d’un score quantifiant la stabilité au travers de la variabilité des paramètres spatiotemporels, enregistrés par une piste de marche électronique. Ce score, dénommé Gait Variability Index (GVI), a été appliqué à des populations, asymptomatiques et pathologiques, représentatives des différents âges de la vie : l’enfant, l’adulte et la personne âgée. Les résultats obtenus chez des patients affectés de paralysie cérébrale, d’ataxie de Friedreich ou cérébrolésés démontrent que le GVI est un outil cohérent et pertinent pour l’évaluation de l’instabilité. Outre l’intérêt clinique qu’il représente, celui-ci ouvre différentes perspectives pour son application et invite à la réflexion quant à la nature perturbatrice ou régulatrice de la variabilité.



Mots-clés : Stabilité, variabilité, marche, paramètres spatiotemporels, GAITRite, contrôle moteur, ontologie, vieillissement, paralysie cérébrale, ataxie de Friedreich, accident vasculaire cérébral.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.